1. Accueil
  2. News
  3. Maeva Martinez : Sa dépression post-partum

Maeva Martinez : Sa dépression post-partum

En janvier dernier, Maeva Martinez donnait naissance à son premier enfant. Un petit garçon prénommé Gabriel, qui a bouleversé sa vie, pour le meilleur et pour le pire. En effet, la jeune maman a confié souffrir de dépression post-partum.

La dépression post-partum, un sujet tabou

La dépression post-partum est un sujet tabou, dont peu de femmes osent parler. Pourtant ce trouble touche entre 10 à 20 % des jeunes mamans. En effet, l’arrivée d’un bébé est certes merveilleuse mais elle peut également être très éprouvante. Dans les premiers mois de sa vie, un nourrisson pleure beaucoup et ne fait pas ses nuits. Un manque de sommeil pour les jeunes mamans, qui peut mener à une fatigue physique et mentale. Sans compter le bouleversement hormonal qui joue également beaucoup sur l’humeur.

Et Maeva Martinez s’est régulièrement confié sur les difficultés qu’elle traversait dans ses publications Instagram. Voici ce que la jeune maman a confié :

Est-ce que c’est égoïste de dire que je n’ai pas eu une demi-heure de répit ? Que je n’en peux plus, que j’ai envie de sortir de cette chambre et ne plus entendre ces pleurs, que j’ai envie de m’assommer pour dormir, que je me sens incomprise et pas suffisamment soutenue. Demain matin nous avons rdv chez le pédiatre, j’espère qu’elle saura nous dire ce qui ne va pas et que nous pourrons apporter une solution à mon bébé.

View this post on Instagram

A post shared by ᎷᎪᎬᏉᎪ 🐆 (@iammaevamartinez)

Maeva Martinez est à bout !

Maeva Martinez a confié souffrir particulièrement du manque de sommeil. En effet, lorsque son bébé pleure, elle ne comprend pas ce qu’il a. Inquiète pour son fils Gabriel, la jeune maman n’arrive tout simplement pas à le laisser pleurer et tenter de se reposer.

Il est clair qu’il y’a un énorme TABOU sur la maternité … Ça doit changer !
Nous aimons nos enfants plus que tout, on donnerait notre vie pour eux, d’ailleurs, on en sacrifie une bonne partie pour eux et ce, avec tout notre amour et par ce qu’on le DÉSIRE. Mais tout cela n’empêche pas le poids de la maternité et la charge mentale… Sans compter la pression qu’on se met nous-mêmes, puis celle de la société. Nous ne vivons pas cette aventure de la même manière, nous ne rencontrons pas forcément les mêmes problèmes ni au même moment, mais une chose est sure, aussi magique que ça peut être, c’est aussi terrible et éprouvant pour une majorité de mamans et de papas (surtout les 1er mois).

Mais tout n’est pas non plus tout noir, puisque Maeva Martinez a également partagé à de nombreuses reprises la grande joie qu’elle éprouvait d’être mère. Depuis que son fils est entré dans sa vie, la maman connaît un grand bonheur. Elle souhaite simplement faire remarquer que ce n’est pas un bonheur sans faille.

Et sinon les autres, celles qui montrent du doigts avec leur « fallait pas faire de gosses si t’es crevé, si tu sais pas gérer, si c’est pour pleurer .. » pour moi celles-ci sont des MENTEUSES. Être mère n’est pas inné, puis personne ne nous prépare. On nous prône un bonheur sans faille .. Ce bonheur est immense mais pas sans failles. Cette joie intense succédée par des moments d’incompréhension, de peur, de colère, de doute. Tu as le droit d’en avoir marre parfois.

View this post on Instagram

A post shared by ᎷᎪᎬᏉᎪ 🐆 (@iammaevamartinez)

LES 3 ARTICLES LES PLUS LUS

LES 3 derniers épisodes